🎙

Bonbon #3 - Kiffe ta prospection

On me parle rarement de la prospection en des termes positifs.

Dans le petit univers de l’entrepreneuriat en solo, cette méthode pour aller chercher des clients est plutôt snobée.

Et c’est très dommage parce que, quand on est freelance et qu’on sait comment prospecter, on peut avoir un flux de clients et missions régulier.

Cool, non?


Prospecter = entamer une conversation

La prospection a un gros problème d’image.

Primo - elle est très souvent assimilée au démarchage.

Deuxio - la prospection paraît super ringarde (sur les réseaux sociaux, dans notre niche, ce qui est à la mode, c’est l’inbound marketing).

Or, prospecter, ce n’est pas adopter une posture de VRP (représentant de commerce) “à la papa”, ce n’est pas recourir à des discours racoleurs et formatés pour vendre.

Non, non, non…

La prospection est un levier d’acquisition de client (il y en a beaucoup d’autres). C’est donc un moyen d’entrer en contact avec des personnes qui pourraient devenir nos clients - mais qui ignorent encore tout de nous!

Concrètement, prospecter cela consiste donc à:

Etape 1 > bosser à fond sur le profil de son client-cible

Etape 2 > repérer des personnes qui correspondent très précisément à ce profil

Etape 3 > entamer une conversation avec ces êtres humains!

Et voilà, c'est tout.

L'étape où l'on présente notre offre pour vendre arrive bien plus tard! On en parlera dans un autre épisode si cela vous intéresse.


Je kiffe la prospection

J’ai un gros faible pour la prospection et je vais vous expliquer pourquoi.


a) La prospection, ça s’apprend facilement, il n’y a pas de dimension technique ni d’outil à prendre en main.


b) Quand on envoie des messages de prospection, on est vite fixés. Au bout de 2-3 jours, on sait si ça a marché ou non.


c) Si on s’y met avec régularité, on progresse vite et on peut arriver à maîtriser le développement de nos boîtes.

Ba oui, imaginez: vous prospectez toutes les semaines. Au fur et à mesure, vos messages de prises de contact s’améliorent. Vous pouvez évaluer vos taux de conversions. Par exemple: vous savez que si vous envoyez 20 messages, en moyenne, vous allez susciter l’intérêt de 5 personnes.

Dans la phase suivante de votre parcours de vente, vous allez avoir ces 5 personnes au téléphone.

Sur ces 5 personnes, vous avez fait vos calculs là aussi, vous savez que 2 deviendront vos clients.

Donc vous êtes méga sereins. Parce que vous savez comment calibrer vos efforts de prospection pour avoir un flux de clients et de missions réguliers.


d) On peut s’amuser en prospectant.

Mais si, je vous assure! Pour vous le prouver, je vous propose d’écouter les interviews de Charisse et de Chloé. Deux freelances qui prospectent de façon décomplexée et créative.


Pour toutes ces raisons, je trouve que la prospection est un super levier d’acquisition de clients. Je vous recommande donc de lui donner une chance, tout particulièrement si vous êtes en début d’activité ou si votre réseau n’est pas encore très étoffé.

Comment prospecter quand on est freelance

À noter: avant de se lancer dans la prospection, il y a un pré-requis.

Quelque soit le levier d’acquisition de clients que vous choisissez, vous devez savoir à qui vous voulez vendre vos prestations. Autrement dit, vous devez disposer d’un portrait très précis de votre client cible.

Revenons à nos moutons.


Étape 1:

Pour prospecter, la première chose à faire, c’est d’établir une liste de personnes que vous souhaitez contacter. Je le rappelle encore un fois: ces personnes doivent correspondre au profil de votre client-cible.


Étape 2:

Ensuite, vous choisissez le canal que vous allez utiliser pour les contacter en fonction de leurs habitudes. ça peut être Linkedin, Instagram, ça peut être l’email… mais ça peut être aussi le courrier postal!

Étape 3:

Celle que vous redoutez le plus: la conception de votre message de prise de contact.

C’est vrai que, quelque soit le contexte, c’est intimidant de faire le premier le pas.

Mais, dans le cadre de la prospection, vous pouvez y aller de façon très décontractée car, rappelez-vous: votre objectif est juste d’entamer une conversation.

Moralité: plus votre message est naturel, plus il se distingue de celui de votre voisin, plus vous avez de chances d’obtenir une réponse.

Il y a tout de même quelques règles à respecter:

votre message de prise de contact doit être personnalisé,

il doit être clair et succinct,

il doit susciter la curiosité

et il doit contenir un call to action. C’est à dire qu’il doit donner envie de vous répondre.

Etape 4:
Dès que votre message est prêt, envoyez-le aux contacts que vous avez sélectionnés!

En fonction des retours, vous peaufinerez votre approche.

Un dernier conseil pour la route: fixez vous un rythme et des objectifs.

En étant régulier dans vos efforts, vous progresserez vite et vous obtiendrez plus de résultats.


“Marine t’avais raison, c’est vraiment trop cool la prospection, dès que j’ai fini ma sieste, je m’y mets !”

Ah ça me fait plaisir! Surtout, n’oubliez pas de me raconter ce que ça donne en m’envoyant un mail à hello@lacohorte.

L'épisode vous a plu ?

Découvrez d'autres épisodes sur la même thématique

Tu en veux plus? Abonne-toi à La Niouniouse!

Un vendredi sur 2, dans ta boîte mail, une sélection de pépites pour t'aider à développer ton entreprise et à gagner en sérénité.
© La Cohorte 2021 - Design : Elisa Vanrullen - Développement : Studio Carmine
Mentions légales